3-conseils-apaiser-les-crises-colopathie-fonctionnelle

Si tu es atteint de Colopathie Fonctionnelle, je pense que cette situation dont je vais te parler ne t’est pas inconnue.
Est-ce que toi aussi il t’arrive d’être recroquevillé dans ton lit pendant des heures, une bouillotte sur le ventre pour calmer les coups de poignards que tu ressens ? 

Sans oublier les allers-retours aux toilettes pendant plusieurs heures…

Eh oui, car ton intestin complètement détraqué a décidé de t’en faire voir de toutes les couleurs ! 

Constipation chronique ou diarrhées à répétition, tu ne sais plus où donner de la tête. Et tu ne peux simplement plus vivre comme une personne normale.

J’ose imaginer qu’aujourd’hui, tu te dépassé par cette maladie invalidante qui engloutit peu à peu ton énergie…et tu te poses certainement les questions suivantes :

  • Est-ce que je dois vivre à vie avec la Colopathie Fonctionnelle ?
  • Est-ce qu’il existe des solutions pour ne plus avoir mal ? Si oui, comment les mettre en place dans mon quotidien ?

Et je vais y répondre à travers cet article.

1. Qu’est-ce que la Colopathie Fonctionnelle ?

Appelée également SII, Syndrome de l’Intestin Irritable ou SCI, Syndrome du côlon irritable, la Colopathie Fonctionnelle est un trouble de la motricité intestinale, qui est caractérisé par des modifications des habitudes du transit. Un trouble est considéré en l’absence d’une pathologie organique spécifique et unique (ex : présence de la maladie de Crohn).

Les symptômes sont le plus souvent localisés au niveau du gros intestin avec des douleurs aiguës (des crises) ou diffusent, de la constipation ou de la diarrhée ou une alternance des deux. Ces dérèglements du transit peuvent être accompagnés également de flatulences, de ballonnements, de remontées acides au niveau de l’estomac,…

Bien que ce trouble chronique soit reconnu comme bénin par la médecine conventionnelle, et n’augmente pas le risque de cancer,  une altération de la qualité de vie est présente.

Effectivement, lorsqu’il faut vivre proche des toilettes en permanence…tu peux te dire que c’est loin d’être l’éclate !

Et c’est sur ce point que je souhaite insister : la notion de temps

Te rappelles-tu de l’annonce du diagnostic ?
Est-ce que l’on t’a affirmé que tu devais vivre avec la colopathie fonctionnelle à vie ?

C’est la douche froide, n’est-ce pas ?

La perpétuité avec la colopathie, difficile de le digérer correctement.

D’autant plus que tes symptômes sont de plus en plus sévères et que tu as même peur de sortir de chez toi.

Eh oui…tu as peur de ne pas trouver de toilettes à proximité quand une crise de colopathie se présente. Et ça, seule une personne colopathe sait de quoi je parle !

Si j’écris cet article, c’est parce que l’histoire des crises de Colopathie me touche tout particulièrement. J’ai passé 360 heures sur les toilettes à me vider (j’exagère mais on n’est pas loin du compte) et je reste encore marquée à vif par ces douleurs qui ont contrôlé ma vie. Un corps qui faisait son bout de chemin sans moi, me faisant ressentir beaucoup de souffrances sans que je puisse intervenir. 

Mais, mais, mais…je n’écris pas ces mots pour que tu te sentes mal. Au contraire, je veux que tu (re)trouves l’espoir et que tu noues une relation d’égal à égal avec ton ventre.

Suite à mon expérience personnelle, je peux te dire que soulager les symptômes de la Colopathie : c’est faisable. Ça paraît fou dit de cette manière aussi simple, et pourtant.

Qu’on soit bien en phase toi et moi : je ne parle pas de solutions miracles. Je ne suis pas une fée, et je ne pratique pas de magie.

Mais j’ai remarqué qu’adopter certains changements dans l’hygiène de vie peuvent apaiser les crises de Colopathie.

2. Cette maladie invalidante où la recherche des toilettes est capitale

Une crise de colopathie, ça ne prévient pas. C’est une vague de douleur incontrôlable. Parfois, on se soulage en allant aux toilettes car il y a urgence sur le besoin d’évacuer. Parfois, ce n’est pas le cas.
En effet, les symptômes ambivalents de la Colopathie Fonctionnelle font que chez certaines personnes il n’est pas question de se vider. Je parle notamment des cas de Syndrome de l’Intestin Irritable à tendance constipation (SII-C). Et comme ce trouble est propre à chacun, il prend une forme différente selon l’individu. Pourtant, quels que soient les symptômes qui prédominent chez toi, la douleur est difficile à maîtriser et elle impacte ton quotidien.

Quand tu es chez toi face à cette situation, recourir à tes toilettes est une étape assez simple. Malgré la pénibilité du moment, tu peux au moins te rassurer d’être à domicile.
À l’inverse, lorsque tu es en réunion dans le cadre de ton travail, au restaurant, en balade avec ta famille, c’est là que les choses se corsent pour toi.

Pas franchement la joie, qu’on se le dise…!

Je te propose donc trois pistes à explorer pour que tu agisses concrètement sur tes crises.

3. Mes 3 conseils pour apaiser les crises de Colopathie Fonctionnelle

Dans cette partie, il est surtout question pour moi de te délivrer des conseils pour mettre tes intestins au repos afin d’apaiser les douleurs aiguës de ce syndrome. Que tu souffres de Syndrome de l’Intestin Irritable à tendance diarrhée (SII-D), constipation (SII-C)  ou alternance des deux (SII-M), tu peux les appliquer. 

  • Limiter l’apport en crudités : l’alimentation crue est valorisée pour ses nombreuses vertus. En effet, elle permet de conserver les bienfaits en vitamines et minéraux des légumes et c’est un fait indiscutable. Cependant, les crudités sont composées de fibres dures qui sont plus difficiles à digérer et qui impliquent un temps de digestion supérieur. Cet effort mis en place par ton système digestif ne lui permet pas de se reposer. Et si tu as un intestin fragilisé par la Colopathie Fonctionnelle, c’est en quelque sorte la double peine. Si tu es adeptes des salades composées, je te conseille de réduire la quantité dans ton assiette et de ne favoriser qu’une seule crudité.

Laisser un temps de pause entre chaque repas : Est-ce que tu manges un fruit vers 11h ? Ou bien, est-ce que dès que tu as une petite faim dans la journée tu plonges ta main dans ton paquet amandes ? Sans compter les cafés que tu enchaines sur ta matinée.

Bon. Tout n’est pas perdu rassure-toi…!
Mais je vais t’annoncer une nouvelle qui risque de te laisser sans voix : ces comportements sains sont considérés comme des grignotages.
Pourquoi ? Un grignotage est le fait de multiplier des petits repas en dehors des 3 repas journaliers qui sont : le petit déjeuner, le déjeuner et le dîner.

De ce fait, même si ton café est consommé sans sucre, la caféine qu’il contient relance ta digestion déjà en marche.
Même si le fruit est bon pour la santé, il relance ta digestion déjà activé par ton précédent repas.
Et ainsi de suite.

Si tu actives de nouveau cette digestion déjà mise en marche par le précédent repas que tu as mangé, alors tu ne laisses pas le temps à tes organes digestifs de se reposer.
C’est comme si tu ne prenais pas le temps de dormir. Si tu sautes cette étape, tu seras fatigué. Si tu ne dors pas pendant plusieurs jours d’affilée, tu seras exténué. 

Concernant les organes digestifs et le fonctionnement de la digestion c’est la même chose. Plus tu les sollicites à fonctionner en continu, suite aux grignotages et aux repas que tu manges, plus une fatigue peut s’installer. Cet état de fatigue peut alors se matérialiser dans ton corps par :

  • des ballonnements ;
  • des remontées acides ;
  • Des dysfonctionnements de la motricité intestinale (diarrhée, constipation, …).
  • Manger des assiettes de compositions simples : les tendances culinaires actuelles nous poussent à consommer des assiettes très colorées et composées de différents ingrédients pour rester en bonne santé. Notamment avec beaucoup d’aliments crus (en référence à mon premier conseil).
    Néanmoins, toi qui est atteint de Colopathie Fonctionnelle, il est préférable dans un premier temps de te concentrer pendant 1 mois à manger des assiettes de compositions simples. À l’inverse des salades composées, je te conseille une assiette avec un légume cuit (à la vapeur ou au four) que tu tolères bien et de l’agrémenter avec l’aromate et les épices de ton choix. Tu complètes ensuite cette assiette avec une viande ou 2 œufs puis, tu ajoutes quelques cuillères à soupe de riz (le grammage est à adapter selon ton appétit).  Et voilà, le tour est joué !

Selon ta sensibilité et ton SII D ou C ou M, je te conseille d’ajuster ta part de légume dans ton assiette. Un excès de fibres peut être dérangeant pour le transit et provoquer des ballonnements et des gargouillis.
Si tu n’as pas l’habitude de consommer beaucoup de légumes, il te suffit de procéder par étapes et de ne pas suivre à la lettre le schéma de l’assiette digeste que je te propose juste en dessous.

Schéma de l’assiette digeste

La colopathie fonctionnelle est souvent perçue à tort comme une maladie de personne stressée. Les émotions ont leur rôle à jouer dans cette histoire, je ne vais pas te le cacher. En revanche, ce n’est pas le seul facteur déterminant. Le bien-être intestinal passe donc aussi par une alimentation qui permet un véritable repos digestif. Plus ton intestin est reposé, plus il se régénère. Ainsi, il peut faire face avec plus de facilité aux événements stressants qui peuvent le bousculer.

Tu as maintenant des conseils à disposition que tu peux appliquer dès à présent dans ton quotidien.
Je te conseille de noter sur une feuille les symptômes que tu ressens aujourd’hui en détail : ballonnements, lourdeur sur l’estomac, crise aigue mensuelle,…
Et de noter leur intensité : très légers, légers, moyens, forts, très forts.
D’ici 3 semaines, fais le même exercice avec les mêmes critères. Tu pourras ainsi évaluer tes symptômes et constater les changements qui s’opèrent par rapport à ta Colopathie. 

Pour aller plus loin dans ta démarche, je te propose une formation en ligne dédiée exclusivement aux personnes colopathe. Tu me rejoins ?

Categories:

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *